Lauréats 2018

Lauréats 2018 CSL Behring

Pour cette appel à projets, le Fonds de dotation CSL Behring pour la recherche a reçu 55 candidatures. De ces 55 candidatures, 6 projets ont été sélectionnés sur des critères d’originalité, d’innovation et de pertinence technologique. Nous vous invitons à découvrir les projets lauréats ci-dessous.

Lauréats 2018 CSL Behring

Pour cette appel à projets, le Fonds de dotation CSL Behring pour la recherche a reçu 55 candidatures. De ces 55 candidatures, 6 projets ont été sélectionnés sur des critères d’originalité, d’innovation et de pertinence technologique. Nous vous invitons à découvrir les projets lauréats ci-dessous.

Sophie CHAUVET

Centre de Recherche des Cordeliers, Paris : « Mechanisms of complement dysregulation in CFHR5-associated C3 glomerulopathy through a unique mice model ».

Bourse de mobilité

Sophie Chauvet est néphrologue, chercheuse depuis une dizaine d’années au sein du Centre de Recherche des Cordeliers à Paris dans l’équipe du Dr Véronique Frémeaux-Bacchi, dont les travaux se concentrent sur la recherche fondamentale et translationnelle reliant le Complément à la pathogénie.

Le projet de recherche de Sophie Chauvet concerne en particulier le lien entre les anomalies du Complément et la glomérulopathie à dépôts de C3 (C3G). La glomérulopathie à dépôts de C3 est une affection rénale rare associée à un défaut de régulation de la voie alterne du Complément.

Cette bourse de mobilité va permettre à Sophie Chauvet de rejoindre pour une année, l’équipe du Pr Matthew Pickering, à l’Imperial College de Londres, qui travaille sur des modèles murins de glomérulopathies. Le projet de recherche consiste à développer un modèle expérimental unique de souris transgéniques et étudier le lien physiopathologique entre l’anomalie génétique (mutation du gène CFHR5) et la glomérulopathie. L’aspect histologique de ce travail sera coordonné par l’équipe de Terence Cook.

Sophie CHAUVET

Centre de Recherche des Cordeliers, Paris : « Mechanisms of complement dysregulation in CFHR5-associated C3 glomerulopathy through a unique mice model ».

Bourse de mobilité

Sophie Chauvet est néphrologue, chercheuse depuis une dizaine d’années au sein du Centre de Recherche des Cordeliers à Paris dans l’équipe du Dr Véronique Frémeaux-Bacchi, dont les travaux se concentrent sur la recherche fondamentale et translationnelle reliant le Complément à la pathogénie.

Le projet de recherche de Sophie Chauvet concerne en particulier le lien entre les anomalies du Complément et la glomérulopathie à dépôts de C3 (C3G). La glomérulopathie à dépôts de C3 est une affection rénale rare associée à un défaut de régulation de la voie alterne du Complément.

Cette bourse de mobilité va permettre à Sophie Chauvet de rejoindre pour une année, l’équipe du Pr Matthew Pickering, à l’Imperial College de Londres, qui travaille sur des modèles murins de glomérulopathies. Le projet de recherche consiste à développer un modèle expérimental unique de souris transgéniques et étudier le lien physiopathologique entre l’anomalie génétique (mutation du gène CFHR5) et la glomérulopathie. L’aspect histologique de ce travail sera coordonné par l’équipe de Terence Cook.

Georges JOURDI

Hôpital Cochin, Paris : « A Novel Universal Antidote To Non Vitamin K Anticoagulant Drugs ».

Bourse en Hémostase

Georges Jourdi est pharmacien biologiste et travaille dans le service d’hématologie biologique de l’hôpital Cochin. Son domaine de recherche est l’hémostase, en particulier l’aspect pharmacodynamique des anticoagulants. Il fait partie de l’équipe de recherche au sein de l’unité mixte INSERM UMR S1140 dirigée par le Pr Pascale Gaussem.

Ses travaux actuels portent sur la recherche de moyens de neutralisation des anticoagulants oraux directs (AOD). L’objectif est de contrer leurs effets en cas d’urgence au moyen d’antidotes ou d’agent hémostatiques ; il s’agit d’une problématique de santé publique, puisqu’il n’y a pas à ce jour d’agent neutralisant spécifique pour ces traitements et les antidotes actuellement disponibles ne sont pas dénués de risques.

Un nouvel antidote, dont le brevet a été déposé, a été développé au sein de cette unité. Il est caractérisé par des essais enzymatiques, et la preuve du concept a été établie in vitro.

Ce projet s’intègre dans une dynamique de recherche fondamentale et clinique avec une relation étroite entre les chercheurs, les cliniciens, les médecins et les pharmaciens.

Cette bourse en hémostase va permettre de poursuivre le développement préclinique de cet antidote, financer les manipulations et permettre la publication des premiers résultats.

Georges JOURDI

Hôpital Cochin, Paris : « A Novel Universal Antidote To Non Vitamin K Anticoagulant Drugs ».

Bourse en Hémostase

Georges Jourdi est pharmacien biologiste et travaille dans le service d’hématologie biologique de l’hôpital Cochin. Son domaine de recherche est l’hémostase, en particulier l’aspect pharmacodynamique des anticoagulants. Il fait partie de l’équipe de recherche au sein de l’unité mixte INSERM UMR S1140 dirigée par le Pr Pascale Gaussem.

Ses travaux actuels portent sur la recherche de moyens de neutralisation des anticoagulants oraux directs (AOD). L’objectif est de contrer leurs effets en cas d’urgence au moyen d’antidotes ou d’agent hémostatiques ; il s’agit d’une problématique de santé publique, puisqu’il n’y a pas à ce jour d’agent neutralisant spécifique pour ces traitements et les antidotes actuellement disponibles ne sont pas dénués de risques.

Un nouvel antidote, dont le brevet a été déposé, a été développé au sein de cette unité. Il est caractérisé par des essais enzymatiques, et la preuve du concept a été établie in vitro.

Ce projet s’intègre dans une dynamique de recherche fondamentale et clinique avec une relation étroite entre les chercheurs, les cliniciens, les médecins et les pharmaciens.

Cette bourse en hémostase va permettre de poursuivre le développement préclinique de cet antidote, financer les manipulations et permettre la publication des premiers résultats.

Jérôme ROLLIN

CHU et Faculté de Médecine de Tours : « Effets d’une enzyme bactérienne, IdeS, sur le clivage et la pathogénicité des IgG anti-FP4 : Intérêt potentiel pour le traitement des thrombopénies induites par l’héparine ».

Bourse en Hémostase

Jérome Rollin est chercheur à la fois dans le service d’hématologie-hémostase du Pr Yves Gruel à Tours et au sein de l’unité de recherche EA 7501 dans l’équipe FRAME (Fc Récepteur Anticorps et MicroEnvironnement) à l’université de Tours. Son projet de recherche concerne la thrombopénie immune, une pathologie à la frontière entre immunologie et hémostase.

L’objectif de ce projet est de démontrer que le clivage des anticorps présents chez les patients avec une thrombopénie induite par l’héparine, par une enzyme (IdeS) isolée d’une bactérie, pourrait diminuer la pathogénicité de ces anticorps. Les résultats positifs de ce travail pourraient conduire à la mise en place d’essais cliniques, dans le cadre du développement d’un traitement pour les thrombopénies induites par l’héparine ou les autres thrombopénies immunes associées à des auto-anticorps.

Ce projet sera essentiellement mené par une étudiante en thèse, Claire Kizlik-Masson, en collaboration avec l’unité INSERM 1148 Paris MC Bouton et un laboratoire à Philadelphie aux États-Unis.

Cette bourse en hémostase servira au financement d’un étudiant Master 2 qui va intégrer le laboratoire.

Jérôme ROLLIN

CHU et Faculté de Médecine de Tours : « Effets d’une enzyme bactérienne, IdeS, sur le clivage et la pathogénicité des IgG anti-FP4 : Intérêt potentiel pour le traitement des thrombopénies induites par l’héparine ».

Bourse en Hémostase

Jérome Rollin est chercheur à la fois dans le service d’hématologie-hémostase du Pr Yves Gruel à Tours et au sein de l’unité de recherche EA 7501 dans l’équipe FRAME (Fc Récepteur Anticorps et MicroEnvironnement) à l’université de Tours. Son projet de recherche concerne la thrombopénie immune, une pathologie à la frontière entre immunologie et hémostase.

L’objectif de ce projet est de démontrer que le clivage des anticorps présents chez les patients avec une thrombopénie induite par l’héparine, par une enzyme (IdeS) isolée d’une bactérie, pourrait diminuer la pathogénicité de ces anticorps. Les résultats positifs de ce travail pourraient conduire à la mise en place d’essais cliniques, dans le cadre du développement d’un traitement pour les thrombopénies induites par l’héparine ou les autres thrombopénies immunes associées à des auto-anticorps.

Ce projet sera essentiellement mené par une étudiante en thèse, Claire Kizlik-Masson, en collaboration avec l’unité INSERM 1148 Paris MC Bouton et un laboratoire à Philadelphie aux États-Unis.

Cette bourse en hémostase servira au financement d’un étudiant Master 2 qui va intégrer le laboratoire.

Matthias CANAULT

Inserm Marseille : « Apport des variants de CalDAG-GEFI à l’étude de la réactivité plaquettaire ».

Bourse en Hémostase

Matthias Canault est actuellement chargé de recherche dans l’unité INSERM C2VN (CardioVasculaire et Nutrition) à Marseille. Sa thèse avait porté sur l’athérosclérose et un post-doctorat aux États-Unis lui a permis d’étudier l’hémostase et les fonctions plaquettaires.

Aujourd’hui, sa recherche se concentre sur les pathologies plaquettaires (thrombopénie et thrombopathie) à l’unité INSERM C2VN, associée au laboratoire d’hématologie de l’Hôpital de la Timone – Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires (CRPP).

Le projet lauréat a pour objectif d’étudier les modes de régulation de l’activité plaquettaire et en particulier, au travers les différents variants de la protéine CalDAG, de comprendre les associations entre les anomalies, les mutations de cette protéine et les phénotypes, la pathologie. À terme, ces travaux pourraient conduire à développer de nouvelles stratégies thérapeutiques destinées à prévenir les troubles hémorragiques d’origine plaquettaire.

Ce projet a débuté en 2010 avec une première étape, la description des différents variants de la protéine CalDAG. Actuellement la recherche se poursuit sur les aspects moléculaires pour établir les mécanismes cellulaires précis et comprendre comment la protéine intervient dans la régulation plaquettaire.

Il permet une collaboration avec deux laboratoires américains de Caroline du Nord (Dr Campbell, Dr Bergmeier) qui travaillent quant à eux plutôt sur les aspects biophysiques d’interactions de la protéine.

Cette bourse en hémostase va permettre d’approfondir les connaissances de l’équipe sur la protéine CalDAG-GEFI, grâce notamment au financement de la réalisation de nouveaux modèles cellulaires.

Matthias CANAULT

Inserm Marseille : « Apport des variants de CalDAG-GEFI à l’étude de la réactivité plaquettaire ».

Bourse en Hémostase

Matthias Canault est actuellement chargé de recherche dans l’unité INSERM C2VN (CardioVasculaire et Nutrition) à Marseille. Sa thèse avait porté sur l’athérosclérose et un post-doctorat aux États-Unis lui a permis d’étudier l’hémostase et les fonctions plaquettaires.

Aujourd’hui, sa recherche se concentre sur les pathologies plaquettaires (thrombopénie et thrombopathie) à l’unité INSERM C2VN, associée au laboratoire d’hématologie de l’Hôpital de la Timone – Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires (CRPP).

Le projet lauréat a pour objectif d’étudier les modes de régulation de l’activité plaquettaire et en particulier, au travers les différents variants de la protéine CalDAG, de comprendre les associations entre les anomalies, les mutations de cette protéine et les phénotypes, la pathologie. À terme, ces travaux pourraient conduire à développer de nouvelles stratégies thérapeutiques destinées à prévenir les troubles hémorragiques d’origine plaquettaire.

Ce projet a débuté en 2010 avec une première étape, la description des différents variants de la protéine CalDAG. Actuellement la recherche se poursuit sur les aspects moléculaires pour établir les mécanismes cellulaires précis et comprendre comment la protéine intervient dans la régulation plaquettaire.

Il permet une collaboration avec deux laboratoires américains de Caroline du Nord (Dr Campbell, Dr Bergmeier) qui travaillent quant à eux plutôt sur les aspects biophysiques d’interactions de la protéine.

Cette bourse en hémostase va permettre d’approfondir les connaissances de l’équipe sur la protéine CalDAG-GEFI, grâce notamment au financement de la réalisation de nouveaux modèles cellulaires.

Sophie HILLION et Divi CORNEC

CHU Brest : « Comparaison du profil transcriptomique unicellulaire et du répertoire des immunoglobulines des lymphocytes B autoréactifs chez les sujets sains et les patients atteints de vascularite associée aux PR3-ANCA ».

Bourse en Immunologie

Sophie Hillion et Divi Cornec font tous les deux partie de l’équipe de l’unité INSERM UMR 1227 « Lymphocytes B et Autoimmunité » (LBAI) dont l’axe de recherche est l’étude du lymphocyte B. Sophie Hillion est scientifique, enseignante chercheur, ses travaux de recherche consistent à comprendre les mécanismes et les défauts de la production d’anticorps. Divi Cornec a également une thèse de sciences et est rhumatologue, il travaille particulièrement sur les pathologies autoimmunes, telles que les vascularites systémiques. Les traitements actuels utilisés pour la prise en charge de cette pathologie sont des immunosuppresseurs qui ciblent le lymphocyte B, sans être spécifiques du lymphocyte B anormal « autoréactif ».

Le projet de recherche lauréat a pour but de mieux caractériser et comprendre le fonctionnement des lymphocytes B « autoréactifs ». Ces lymphocytes B présents dans le sang des patients atteints de vascularites systémiques, mais également des sujets sains, reconnaissent des auto-antigènes. L’enjeu de ces travaux est, à terme, de développer de nouveaux traitements capables de cibler spécifiquement les lymphocytes B pathologiques et d’épargner les lymphocytes B normaux. Une méthode de cytométrie en flux a été mise au point pour ce projet, elle permet de reconnaitre ces lymphocytes B « autoréactifs ».

Ce projet ambitieux est mené en collaboration avec une équipe de la Mayo Clinic (Minnesota, États-Unis).

Une étudiante en doctorat de science va pouvoir bénéficier du financement apporté par le Fonds pour mener à bien ce projet de recherche.

Sophie HILLION et Divi CORNEC

CHU Brest : « Comparaison du profil transcriptomique unicellulaire et du répertoire des immunoglobulines des lymphocytes B autoréactifs chez les sujets sains et les patients atteints de vascularite associée aux PR3-ANCA ».

Bourse en Immunologie

Sophie Hillion et Divi Cornec font tous les deux partie de l’équipe de l’unité INSERM UMR 1227 « Lymphocytes B et Autoimmunité » (LBAI) dont l’axe de recherche est l’étude du lymphocyte B. Sophie Hillion est scientifique, enseignante chercheur, ses travaux de recherche consistent à comprendre les mécanismes et les défauts de la production d’anticorps. Divi Cornec a également une thèse de sciences et est rhumatologue, il travaille particulièrement sur les pathologies autoimmunes, telles que les vascularites systémiques. Les traitements actuels utilisés pour la prise en charge de cette pathologie sont des immunosuppresseurs qui ciblent le lymphocyte B, sans être spécifiques du lymphocyte B anormal « autoréactif ».

Le projet de recherche lauréat a pour but de mieux caractériser et comprendre le fonctionnement des lymphocytes B « autoréactifs ». Ces lymphocytes B présents dans le sang des patients atteints de vascularites systémiques, mais également des sujets sains, reconnaissent des auto-antigènes. L’enjeu de ces travaux est, à terme, de développer de nouveaux traitements capables de cibler spécifiquement les lymphocytes B pathologiques et d’épargner les lymphocytes B normaux. Une méthode de cytométrie en flux a été mise au point pour ce projet, elle permet de reconnaitre ces lymphocytes B « autoréactifs ».

Ce projet ambitieux est mené en collaboration avec une équipe de la Mayo Clinic (Minnesota, États-Unis).

Une étudiante en doctorat de science va pouvoir bénéficier du financement apporté par le Fonds pour mener à bien ce projet de recherche.

Marion MALPHETTES et Jehane FADLALLAH

Hôpital Saint-Louis, Paris : « Biomarqueurs microbiotiques et inflammatoires des complications hépatiques du déficit immunitaire commun variable (DICV) ».

Bourse en Immunologie

Marion MALPHETTES est praticien hospitalier (PH) et Jehane FADLALLAH est chef de clinique dans le service d’immunologie clinique de l’hôpital Saint-Louis à Paris, centre de référence pour les déficits immunitaires communs variables (DICV) de l’adulte. Le travail de thèse de Jehane avait porté sur le microbiote intestinal chez les patients atteints d’un déficit primitif en anticorps ; il a été mené avec l’équipe du laboratoire d’immunologie du Pr Guy Gorochov à la Pitié-Salpêtrière qui sera également impliqué dans ce travail.

Les travaux réalisés à partir d’une grande cohorte clinique, démarrée dans les années 2000 ont permis de constater qu’avec l’arrivée des immunoglobulines intraveineuses chez ces patients hypoglobulinémiques, les manifestations infectieuses sont réduites et la qualité de vie est proche de celle du sujet sain chez environ la moitié des patients. Toutefois chez certains patients, peuvent survenir des complications sévères, digestives et hépatiques pour lesquelles, il n’y a pas de traitement ; et la compréhension de leurs mécanismes physiopathologiques pourrait permettre de prévenir ces manifestations.

Le travail concerné par cette bourse va porter sur les complications hépatiques, une maladie veino-portale sinusoïdale qui entraine une rigidité du foie et des complications en amont.

L’objectif du travail est de montrer qu’il y a de la translocation bactérienne issue du tube digestif chez les patients DICV présentant des complications hépatiques et que cette translocation joue un rôle dans l’hépatopathie. L’étape suivante sera de comprendre pourquoi.

Les participants à ce projet sont d’une part les patients DICV en France, d’autre part l’équipe médicale du service d’immunologie clinique de Saint-Louis, du centre de référence des maladies vasculaires du foie de Beaujon et le laboratoire d’immunologie de la Pitié-Salpêtrière.

Cette bourse en immunologie va permettre au laboratoire de se procurer des logiciels d’interprétation de séquençage de l’ARN 16s et les réactifs nécessaires aux expériences.

Marion MALPHETTES et Jehane FADLALLAH

Hôpital Saint-Louis, Paris : « Biomarqueurs microbiotiques et inflammatoires des complications hépatiques du déficit immunitaire commun variable (DICV) ».

Bourse en Immunologie

Marion MALPHETTES est praticien hospitalier (PH) et Jehane FADLALLAH est chef de clinique dans le service d’immunologie clinique de l’hôpital Saint-Louis à Paris, centre de référence pour les déficits immunitaires communs variables (DICV) de l’adulte. Le travail de thèse de Jehanne avait porté sur le microbiote intestinal chez les patients atteints d’un déficit primitif en anticorps ; il a été mené avec l’équipe du laboratoire d’immunologie du Pr Guy Gorochov à la Pitié-Salpêtrière qui sera également impliqué dans ce travail.

Les travaux réalisés à partir d’une grande cohorte clinique, démarrée dans les années 2000 ont permis de constater qu’avec l’arrivée des immunoglobulines intraveineuses chez ces patients hypoglobulinémiques, les manifestations infectieuses sont réduites et la qualité de vie est proche de celle du sujet sain chez environ la moitié des patients. Toutefois chez certains patients, peuvent survenir des complications sévères, digestives et hépatiques pour lesquelles, il n’y a pas de traitement ; et la compréhension de leurs mécanismes physiopathologiques pourrait permettre de prévenir ces manifestations.

Le travail concerné par cette bourse va porter sur les complications hépatiques, une maladie veino-portale sinusoïdale qui entraine une rigidité du foie et des complications en amont.

L’objectif du travail est de montrer qu’il y a de la translocation bactérienne issue du tube digestif chez les patients DICV présentant des complications hépatiques et que cette translocation joue un rôle dans l’hépatopathie. L’étape suivante sera de comprendre pourquoi.

Les participants à ce projet sont d’une part les patients DICV en France, d’autre part l’équipe médicale du service d’immunologie clinique de Saint-Louis, du centre de référence des maladies vasculaires du foie de Beaujon et le laboratoire d’immunologie de la Pitié-Salpêtrière.

Cette bourse en immunologie va permettre au laboratoire de se procurer des logiciels d’interprétation de séquençage de l’ARN 16s et les réactifs nécessaires aux expériences.

La bourse  Fonds de dotation CSL Behring – SFH 2017 a été remise Ie 16 mars lors du congrès de la SFH (Société Française d’HématoIogie) pendant la session de l’assembIée générale « Remise des Prix et Bourses » en présence du Président de la SFH le Pr Gérard Socié et I’ensembIe des membres du comité scientifique de la SFH.

Parmi les 15 dossiers déposés, Ie jury compose des :
– Pr Sié – TOULOUSE
– Pr Pouplard – TOURS
– Pr Schved – MONTPELLIER
– Pr Nguyen – REIMS
– Pr Alessi – MARSEILLE

a décerné la bourse de 15 000€ à Madame Marie Claire DAGHER Laboratoire TIMC-IMAG Equipe TheRex – GRENOBLE, pour son travail de recherche intitulé

« Criblage de composés chimiques anti—Hémophiliques »

La bourse  Fonds de dotation CSL Behring – SFH 2017 a été remise Ie 16 mars lors du congrès de la SFH (Société Française d’HématoIogie) pendant la session de l’assembIée générale « Remise des Prix et Bourses » en présence du Président de la SFH le Pr Gérard Socié et I’ensembIe des membres du comité scientifique de la SFH.

Parmi les 15 dossiers déposés, Ie jury compose des :
– Pr Sié – TOULOUSE
– Pr Pouplard – TOURS
– Pr Schved – MONTPELLIER
– Pr Nguyen – REIMS
– Pr Alessi – MARSEILLE

a décerné la bourse de 15 000€ à Madame Marie Claire DAGHER Laboratoire TIMC-IMAG Equipe TheRex – GRENOBLE, pour son travail de recherche intitulé

« Criblage de composés chimiques anti—Hémophiliques »

La Bourse de Recherche  Fonds de dotation  CSL Behring – SFAR 2017 a été remise le 23 septembre  lors du congrès de la SFAR (Société Française d’Anesthésie et de Réanimation) pendant la session « Remise des Prix et Bourses » en présence du Président de la SFAR le Pr Francis Bonnet et la présidente du conseil scientifique le Dr Valérie Billard.

Parmi les 9 dossiers déposés, le jury composé des Prs Anick Steib (Strasbourg), Philippe Nguyen (Reims), Pierre Albaladejo (Grenoble) et du Dr Valérie Billard a décerné la bourse de 15 000€ au Dr Fanny Bonhomme, Hôpitaux Universitaires de Genève, Service d’Anesthésiologie, pour son travail de recherche intitulé :

« Effet hémostatique des microvésicules d’origine plaquettaire »

Madame Bonhomme a fait son cursus médical à Marseille, Lyon puis à Paris. Au cours de son parcours clinique, elle s’est intéressée en particulier aux problèmes de l’hémostase péri-opératoire.

Ce projet a pour l’objectif d’évaluer le potentiel prothrombotique de microvésicules issues de plaquettes humaines, tant in vitro qu’in vivo dans un modèle animal.

Les résultats de cette étude pourront ouvrir de nouvelles voies thérapeutiques dans la prise en charge des complications hémorragiques chez les patients.

Madame Fanny Bonhomme est le Membre de la Société Française d’Anesthésie et Réanimation et du Groupe d’Intérêt en Hémostase Péri-opératoire.